Accueil >>

    Sommaire >>

     Cartes >>

    Livre d'or >>

   Contact >>

INTRODUCTION (suite)

 

III. - HISTORIQUE DES TRAVAUX ANTERIEURS SUR LA GEOLOGIE D'AMORGOS

                Hormis les mentions succinctes des anciens naturalistes-voyageurs, dont TOURNEFORT au XVIIIe siècle, on doit à R. LEPSIUS (1893) la première ébauche de la constitution géologique de cette île.

                Reprenant en partie les observations de cet auteur, A. PHILIPPSON (1901), qui remarque d'emblée le caractère "faiblement métamorphique" d'Amorgos au regard des autres Cyclades, y distingue deux grands groupes de terrains: d'une part des terrains détritiques ("schistes", grauwackes, conglomérats), d'autre part des terrains calcaires, dont il donne la répartition dans une carte à petite échelle (cf. fig. 3A).

                C. RENZ (1910, 1933, 1945), qui dissocie nettement Amorgos du groupe des Cyclades cristallines, en précise la stratigraphie, notamment par la découverte d'un niveau fossilifère qu'il attribue au Trias supérieur. Il décrit un certain nombre d'autres formations carbonatées et détritiques, dont l'âge demeure indéterminé par suite du manque de fossiles conservés. Par simple comparaison lithologique avec des séries d'autres régions de Grèce, il suppose l'existence du Permien d'une part, du Jurassique et du Crétacé d'autre part.

                Le même auteur oppose aux terrains d'Amorgos proprement dite ceux de l'îlot Nikouria (constitué essentiellement de marbres et de schistes à hornblende) dans lequel il reconnaît un dernier témoin, vers le Sud-Est, du massif d'Attique-Cyclades.

                Dans la carte au 1/500 000e de la Grèce publiée en 1955 par l'I.G.R.M d'Athènes, et à laquelle C. RENZ collabora, figurent les principaux affleurements des formations qu'il a distinguées (cf. fig. 3B).

                G. MARINOS (1950), après E. VADASZ (1934), précise les conditions de gisement des bauxites du mont Krikelas et donne la répartition des affleurements.

                A. TATARIS (1964), se basant sur les seules données géologiques fournies par les auteurs précédents, discute de la position paléogéographique d'Amorgos qui, selon lui, se range dans la zone pélagonienne et non dans la zone du Parnasse ainsi que l'avait suggéré C. RENZ.

                S. DÜRR in B. WEINMANN (1967) donne une carte au 1/80 000e des principaux types de roches représentés à Amorgos.

                S. DÜRR et al. (1978) établissent une colonne stratigraphique allant du Trias à l'Eocène (-Oligocène ?) et comprenant une série carbonatée encadrée par deux termes détritiques, le terme supérieur étant considéré comme un flysch, dont l'âge d'apparition est précisé grâce à des fantômes de "grandes Nummulites" conservés au sommet de la séquence calcaire. Une tectonique de plis isoclinaux est mise en évidence.

                Par ailleurs S. DÜRR et al. (1978)  fournissent une datation des roches métamorphiques de Nikouria, qui auraient un âge radiométrique Crétacé supérieur.

                Enfin L. MINOUX, M. BONNEAU & J.R. KIENAST (1980) exposent les premiers résultats d'une campagne réalisée au cours de l'année 1980, résultats qui seront développés dans la suite de ce mémoire.

 

Copyright © 2003 KitGratos.tk  I  Webmaster Jessica Minoux