Accueil >>

    Sommaire >>

     Cartes >>

    Livre d'or >>

   Contact >>

Stratigraphie - Trias - La Formation de Richti (suite)

 

 

                                2.3.3.  Faunes; âge de la formation

                Nous avons recueilli dans la Formation de Richti une cinquantaine d'exemplaires (individus ou colonies), dont une petite partie seulement a pu être déterminée, eu égard à leur mauvais état de conservation (matériel très recristallisé, sans aucune préservation des microstructures).

                                2.3.3.1.  Faunes

                                                 Cœlentérés (dét. L. BEAUVAIS)

                + Localité-type: hameau de Richti (rappel):

                                                               - Anthozoaires -

                Distichophyllia ? norica ? (FRECH) (LM. 218), forme simple connue dans le Norien de Fischerwiese (Autriche); Parathecosmilia nov. sp. (LM. 198) (le genre est connu dans le Rhétien d'Autriche et de Pologne) (fig. 25).

                                                               - Hydrozoaires -

                Spongiomorpha (Heptastylopsis) dendriformis SMITH (LM. 197), espèce décrite dans le Norien inférieur de Californie (fig. 26).

                [Voir fig. 26-bis et 26-ter formes indéterminées affleurant dans le secteur du col de Kapsala, au-dessus de Richti].

                + Localité de Peristeri (secteur central):

                Stylophyllopsis ? timoricus ? V. DE REGNY (LM. 580), forme simple connue dans le Trias de Timor (fig. 27); Retiophyllia probablement nov. sp. (LM. 581); Coryphyllia sp. (LM. 604), genre simple connu du Carnien au Lias moyen.

                + Kastri Arkesine (secteur occidental):

                Œdalmia ? norica ? (FRECH) (LM. 181), forme méandroïde connue dans le Norien de Fischerwiese (Autriche).

                + Cap Troulli:

                Pamiroseris rectilamellosa (WINKLER) (LM. 131), espèce thamnastérioïde du Trias moyen et supérieur, très répandue: Alpes du Nord et du Sud, Carpathes, Grèce, Pamir, Californie (fig. 28).

                + Aspro Vouno:

                                                               - Madréporaires -

                Retiophyllia clathrata (EMMRICH) (LM. 426A), espèce connue dans le Norien et le Rhétien d'Autriche (fig. 29); Gumbelastraea sp. (LM. 435), forme cérioïde (le genre est connu dans le Trias supérieur des Alpes et de Turquie); forme phacélo-méandroïde appartenant à une espèce nouvelle d'un genre indéterminé (LM. 437) (fig. 30).

                    [Voir fig. 30-bis forme coloniale indéterminée affleurant sur le flanc méridional de l'Aspro Vouno].

                                                               - Chaetétidés -

                Astrochaetetes medius CUIF & FISCHER (LM. 418 et 426B), espèce connue dans le Carnien de Turquie.

                + Kalotaritissa:

                Retiophyllia ? sp. (LM. 458), forme phacéloïde; une forme appartenant à un genre non déterminé, phacéloïde, voisin de Cladophyllia (LM. 458); enfin une espèce nouvelle, à décrire: Coryphyllia nov. sp. (LM. 306) (fig. 31).

                                                 Ammonoïdés

                 Quelques exemplaires d'Ammonoïdés ont été trouvés, dont un seul, en partie dégagé, laisse voir des lignes de suture (LM. 220); il provient des environs de Richti (fig. 32A). D'autres spécimens, visibles uniquement en section, ont été recueillis sur le flanc mérdional de l'Aspro Vouno et près de Kalotaritissa.

                                                 Nautiloïdés

                La Formation de Richti a livré plusieurs formes évoquant des Orthocerotidae; un exemplaire (LM. 500, fig. 32B), provenant du flanc occidental de la colline de Vigles, près de Kamari, montre, en section sublongitudinale, un siphon central orthochoané.

                                                 Echinodermes

                Dans un certain nombre de lames minces taillées dans les calcaires sombres de la Formation de Richti ont été observés des fragments de test et de radioles d'Echinodermes.

NB: La recherche systématique de Conodontes, d'une part, dans les calcaires de la Formation de Richti, et de spores, d'autre part, dans les pélites, n'a pas donné de résultats.

                                2.3.3.2.  Paléoécologie

                La prédominance, parmi les Coraux étudiés, de formes phacéloïdes à branches relativement grêles (45% des formes) et de formes simples (25%) semble être l'indice d'un environnement de platier interne (très faible profondeur) (L. BEAUVAIS)

                Les blocs de calcaire sombre peuvent représenter de petites lentilles construites ("patches" des auteurs anglo-saxons), qui se développent avant d'être interrompues par un apport terrigène fin.

                                2.3.3.3.  Age de la Formation de Richti

                Pour L. BEAUVAIS, la distribution stratigraphique des différentes formes de Coraux déterminés indique un âge Trias supérieur et probablement Norien.

                Bien que des associations de polypiers comprenant Pamiroseris rectilamellosa et Retiophyllia clathrata soient connues dans le Norien-Rhétien du Parnasse (P. CELET, 1962), ainsi que dans le Rhétien d'Iran (E. KRISTAN-TOLLMANN & al., 1980), ce dernier étage est pratiquement à exclure pour ce qui concerne la Formation de Richti: en effet, C. RENZ (1933) y a découvert une espèce d'Ammonoïdé (Placites cf. oldhami MOJS.) indiquant le Carnien supérieur ou le Norien inférieur (le genre lui-même a une extension Carnien-Norien); par ailleurs cette formation a livré des formes évoquant des Orthocératidés (famille Orthocerotidae TEICHERT & MÜLLER, avec laquelle disparaît, à la fin du Norien, le groupe des Nautiloïdés orthocones).

                                2.3.4.  Conclusions

                La formation de Richti, probablement norienne, constitue les niveaux supérieurs d'un ensemble détritique, en grande partie conglomératique, dont l'épaisseur est très variable. Elle est aisément reconnaissable sur le terrain, de par son aspect très caractéristique (calcaires sombres à Coraux intercalés en lentilles dans des pélites brunes) [cf. fig. 32-bis, localité d'Ayios Pandeleimon].

                Du fait de sa large extension à travers Amorgos, elle nous a maintes fois servi de "niveau-repère" au milieu de terrains carbonatés ou détritiques difficilement identifiables. Elle confirme en outre l'appartenance des terrains des secteurs central et occidental de l'île à une même série lithostratigraphique.

 

Copyright © 2003 KitGratos.tk  I  Webmaster Jessica Minoux