Accueil >>

    Sommaire >>

     Cartes >>

    Livre d'or >>

   Contact >>

Stratigraphie - la série jurassique à éocène - Formation de Khozoviotissa (suite)

 

 

                         2.1.4.  Origine des marbres à lits siliceux

                Comme nous l'avons dit, l'aspect actuel de la série de marbres à bandes siliceuses résulte vraisemblablement d'une transposition, sous l'effet d'une tectonique de plis couchés, de la stratification originelle, accompagnée de boudinage affectant les lits siliceux ou les lits carbonatés. Mais dès l'origine la séquence sédimentaire devait se trouver constituée d'alternances de lits de silice (sous quelle forme minéralogique ?) et de lits calcaires; par suite du métamorphisme, les premiers ont recristallisé en donnant un quartzite (quartz microcristallin), les seconds (anciens calcaires fins ?) se sont transformés en calcaire cristallin dont le grain est lui-même relativement fin.

                Bien qu'aucun organisme ne soit préservé, même à l'état de fantôme, il est probable que nous sommes en présence d'un faciès pélagique; en effet, on retrouve dans des séquences analogues peu ou pas métamorphisées (exemples: cherts lités des calcaires jurassiques de Lombardie, calcaires siliceux jurassico-crétacés de la zone ionienne de Grèce continentale) des organismes pélagiques: Radiolaires dans la phase siliceuse, Calpionelles - à certains niveaux - dans la phase calcaire. Par ailleurs, des séquences de ce type (calcaires alternant avec des cherts lités quartzeux, cryptocristallins ou de silice amorphe) sont courantes dans les sédiments (notamment crétacés) des bassins océaniques actuels (Y. LANCELOT, 1973).

                Les cherts quartzeux sont considérés (Y. LANCELOT, 1973) comme résultant de la précipitation de silice d'origine chimique et/ou biochimique, au stade de la diagenèse, dans le sédiment carbonaté encore meuble, puis du développement de celle-ci par accrétion, avec remplacement de la calcite. Ce processus de remplacement se manifeste à Amorgos par le fait qu'au sein des quartzites subsistent des plages calcitiques épargnées par le phénomène.

2.1.5.  Age de la Formation de Khozoviotissa. Comparaison avec d'autres séries de Grèce

                En l'absence de critères paléontologiques directs, il faudra raisonner d'une part en considérant l'âge des termes encadrant stratigraphiquement la série des calcaires à bandes siliceuses, d'autre part par comparaison avec des séries analogues en d'autres régions du domaine hellénique.

                Cette série est nécessairement post-norienne, car tel est l'âge probable de la Formation de Richti, terme sous-jacent le plus élevé qui soit correctement daté; on peut même envisager, pour la base de la Formation de Khozoviotissa, un âge post-triasique dans le cas où les calcaires néritiques qui s'intercalent entre les deux formations précédentes représentent, pro parte, le Rhétien.

                En ce qui concerne le sommet des calcaires à bandes siliceuses, on peut seulement avancer qu'il est antérieur à un certain niveau du Crétacé supérieur, âge assez probable des Rudistes et Foraminifères découverts dans les marbres en bancs épais ou bréchiques de leur toit (cf. infra). Ainsi, la Formation de Khozoviotissa peut aussi bien être comprise tout entière dans le système jurassique que déborder plus ou moins largement de ce système vers le haut (Crétacé inférieur).

                On retrouve des calcaires à lits siliceux en de nombreux endroits de Grèce tant continentale qu'insulaire.

                Ils sont exempts de métamorphisme:

                - en Grèce continentale

                - dans l'extrême Nord-Ouest du Péloponnèse.

                Métamorphisés, ils se rencontrent dans ce qu'on a appelé les "massifs cristallins externes": Péloponnèse méridional et Arc égéen (G. BIZON & al., 1976):

                - marbres à faciès "plattenkalke" des fenêtres du Taygète et du Parnon;

                - "plattenkalke" (marbres à silex) de Crète;

                - calcaires à "silex" de l'île de Kassos (Dodécanèse);

                - calcaires de Lindos de l'île de Rhodes (ibidem).

                Dans la plupart des cas, on observe que ces séries de calcaires à lits siliceux montent très haut dans la colonne stratigraphique et passent à un flysch oligocène.

                Plus près d'Amorgos, dans le groupe d'îles Levitha (situées dans le prolongement oriental d'Amorgos), S. DÜRR & al. (1978) ont observé, au sein de la série carbonatée faiblement métamorphique qui les constitue, des "calcaires pélagiques lités à silex", immédiatement au-dessus desquels ils ont découvert des fossiles d'âge jurassique terminal (?) - Crétacé inférieur.

                Si une corrélation peut être établie entre la série d'Amorgos et celle des îles Levitha, comme ces auteurs l'envisagent, on peut supposer que le sommet de la formation de Khozoviotissa se situe au voisinage de la limite Jurassique-Crétacé.

                Quant aux niveaux de base de cette formation, ils ne sont datés que dans le domaine non métamorphique, où une sédimentation de type pélagique (schistes siliceux à Posidonies et Ammonitico-rosso) succède dès le Lias supérieur à des dépôts carbonatés de plate forme du lias inférieur et moyen (J. DERCOURT & al., 1980).

 

Copyright © 2003 KitGratos.tk  I  Webmaster Jessica Minoux