Hippocrepis valentina BOISS.

Arbrisseau ligneux pouvant atteindre 40-50 cm de hauteur, feuillé principalement dans la moitié supérieure. Feuilles jusqu'à 7 cm de longueur, composées de 3-6 paires de folioles obovales ou elliptiques, de 4 mm ou plus de largeur, à peu près deux fois plus longues que larges, apiculées, glabres au-dessus, à poils blanc apprimés en dessous; stipules triangulaires présentant une petite glande rouge sombre au voisinage du pétiole. Inflorescences axillaires, composées de 6-10 fleurs, portées par un pédoncule plus court ou plus long que la feuille adjacente. Dents calycines plus courtes que le tube, les supérieures de 0,5 à 1 mm de longueur; corolle jaune, étendard de 10-12 mm de longueur, en comptant l'onglet. Gousse aplatie, longue de 2 à 4 cm, courbée, à zones séminales semi-circulaires; graines arquées.

Plante considérée par certains auteurs comme une sous-espèce de Hippocrepis balearica JACQ., qui se distingue notamment par des folioles plus étroites (moins de 3-4 mm de largeur), linéaires-lancéolées.

L'Hippocrepis valentina a une aire de répartition très restreinte, étant limitée au Nord-Est de la prov. d'Alicante.

Le présent exemplaire est originaire de la localité même où l'espèce fut découverte, en Avril 1837, par le botaniste suisse Edmond Boissier, en route pour le Midi de l'Espagne: l'imposant rocher maritime appelé "Peñón de Ifach", près du village de Calpe, où il avait fait escale, un peu au Sud-Ouest du Cabo de la Nao (Alicante).

Voir sur la page suivante le détail d'une infrutescence, provenant d'un exemplaire du massif du Montgó, près de Denia, à une vingtaine de kilomètres plus au Nord (photographie).