Scilla peruviana L.

Caractérisée par son inflorescence en pseudo-corymbe court multiflore subhémisphérique (d'où le nom de Sc. hemisphaerica donné à cette espèce par Boissier dans "Voyage botanique dans le Midi de l'Espagne"). Fleurs bleu-violacé, +/- longuement pédonculées (en fonction de leur position), bractée adjacente membraneuse dépassant la moitié du pédoncule. 4 à 10 feuilles basales, linéaires-oblongues, aiguës, dépassant ou non l'inflorescence.

Aire de répartition: Afrique du Nord, Madère, péninsule ibérique, Italie, Sardaigne, Sicile . . . et non Pérou ! En fait l'épithète "peruviana" avait été attribuée à cette plante à la suite d'une erreur d'étiquetage; mais l'article 62 du Code international de Nomenclature botanique est formel: "un nom ou une épithète légitime ne doivent pas être rejetés parce qu'ils sont mal choisis ( . . . ) ni parce qu'ils ont perdu leur signification première". Et ce même article de citer l'exemple: "le nom Scilla peruviana L. (Sp. Pl. 309 1753) n'est pas rejeté sous prétexte que l'espèce ne croît pas au Pérou".

Exemplaire provenant des forêts alentour du Puerto de Galis, dans la Sierra del Aljibe, vers la limite provinciale Cádiz/Málaga (voir photographie).