Village d'Al Hijr, à la limite du massif ophiolitique ("bloc de Maqniyat", du nom d'un village plus au Nord).
A l'extrême droite à l'arrière-plan, flanc du Jabal Misht. Plus en arrière, Jabal Akhdar.

Le terme de "série ophiolitique", utilisé pour désigner les terrains représentant le substratum de l'océan disparu,
recouvre une variété complexe de types pétrologiques et structuraux; on y trouve de nombreuses formes de roches basiques
et ultrabasiques (péridotites, dunites, gabbros ...), on observe même des "pillow-lavas", laves en coussins
caractéristiques d'émissions basaltiques sous-marines au niveau des dorsales océaniques.


Quant au massif culminant (à plus de 3000 mètres d'altitude) du Jabal Akhdar , dont on aperçoit à l'arrière-plan le versant occidental,
il représente un témoin de la plate forme arabe in situ, mise au jour à la faveur de l'érosion - consécutivement à un bombement tardif -
qui a décapé les nappes de charriage structuralement sus-jacentes.
Cette fenêtre tectonique montre une puissante série principalement carbonatée, pénécontemporaine des sédiments des unités d'Hawasina,
mais autochtone, recouvrant un substratum protérozoïque (antécambrien).
NB: dans le cadre strict de la feuille "Ibri", l'autochtone anté-nappe n'est pas exposé, à l'exception d'un minuscule affleurement
de la Formation de Muti (Crétacé supérieur), à l'extrême Sud.